Le miel interdit aux nourrissons !

Saviez-vous qu’en donnant du miel à un nourrisson de moins d’un an, vous pourriez le mettre en danger d’attraper une maladie rare mais grave ? Découvrez pourquoi et à partir de quel âge peut-on consommer du miel sans aucun risque.

Médecins et pharmaciens proposent souvent d’utiliser le miel pour adoucir les maux de gorge et calmer la toux de nos enfants. Surtout depuis que les sirops contre la toux sont déconseillés aux moins de 6 ans. Plusieurs études ont d’ailleurs été publiées en ce sens, confirmant les bienfaits de ce remède de grand-mère très populaire, car peu coûteux et aisément disponible.

Cependant, il est toutefois moins connu que le miel ne doit pas être donnés aux bébés de moins d’un an, même en toute petite quantité, en raison des risques potentiels de botulisme !

 

L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a rappelé dans un communiqué du 14 juin 2016 que la consommation de miel était déconseillée chez les nourrissons de moins d’un an, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le ministère de la Santé canadien rappelle également les risques de botulisme infantile liés à la consommation de miel chez les bébés de moins d’un an.

L’INVS (l’Institut national de veille sanitaire en France) a noté une augmentation des cas depuis 2004. C’est aussi le cas du Canada, où l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), a également constaté une augmentation du nombre de cas de botulisme infantile depuis 2004.

L’ ANSES rappelait donc, conformément aux recommandations de l’OMS qu’ « il est absolument déconseillé de donner du miel, quelle que soit son origine, aux nourrissons de moins d’un an » mais aussi que « le miel ne devrait jamais être ajouté à l’alimentation des bébés, ni utilisé sur le doigt ou la tétine pour calmer un nourrisson agité, souffrant de coliques. »

 

Qu’est-ce que le botulisme ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé : « Le botulisme humain est une maladie grave et potentiellement fatale, néanmoins, rare » .

Le botulisme infantile est une maladie rare qui peut se développer chez les enfants de moins d’un an. Elle est provoquée par les spores (cellules très résistantes) d’une bactérie (Clostridium botulinum) contenues dans les poussières et dans certains sols. Transportée par les abeilles, ces spores peuvent se retrouver dans le miel. Mais les bébés de moins d’un an n’ont pas un système immunitaire assez développé pour se protéger de cette infection qui touche le système nerveux.

Les symptômes de la maladie

Le premier symptôme du botulisme infantile est la constipation. Mais, un enfant touché par cette maladie va aussi exprimer des signes de faiblesse générale. On pourra constater chez le tout petit un faible réflexe de succion, une irritabilité, un manque d’expression faciale, et une perte de contrôle des mouvements de la tête. Parfois, la paralysie du diaphragme peut entraîner des troubles respiratoires graves nécessitant une intervention médicale.

Si la plupart des cas de botulisme infantile oblige une hospitalisation très longue sous assistance respiratoire, les cas mortels sont extrêmement rares dans les pays occidentaux.

Passé un an, et grâce à des défenses plus efficaces, l’enfant éliminera les spores responsables de la maladie. Il pourra donc découvrir et consommer du miel sans danger.

À partir de un an on peut donc proposer du miel à nos enfants sans risque pour leur santé, de manière ponctuelle, tout comme le sucre, le chocolat et le sel.

 

Qu’en est-il des adultes ?

La flore intestinale du nourrisson étant encore immature, la bactérie s’y développe plus facilement. Cependant, chez la plupart des adultes et des enfants de plus d’un an, les défenses naturelles apparues avec le temps empêchent la germination des spores et la croissance de Clostridium botulinum. Il n’y a donc aucun risque pour nous de consommer ce doux nectar.

 

 

Écrire un commentaire