LA NIGELLE, LA GRAINE AUX 1001 VERTUS

La nigelle à travers le temps :

La nigelle tient une place importante parmi les plantes médicinales les plus utilisées et ce, depuis plus que 2000 ans.

Elle est citée dans les papyrus des anciens égyptiens comme un médicament pour les maladies pulmonaires et pour la toux.

On pense qu’elle a joué un rôle important dans les coutumes de l’Égypte ancienne puisqu’on a retrouvé des graines de Nigelle dans la tombe de Toutankhamon, pratique utilisée en général pour aider le roi dans «l’au-delà».

Selon certaines sources, l’huile de nigelle était utilisée comme produit de beauté par

Cléopâtre et Néfertiti.

C’était aussi l’un des précieux remèdes prodigués par les médecins personnels des pharaons qu’ils exploitaient pour son action digestive après les repas copieux et aussi contre les maux de tête, de dents, les infections diverses, les inflammations et allergies en tous genres.

On fait également référence à la nigelle dans le livre d’Isaïe dans l’Ancien Testament (VIIIe siècle av. J.-C) où il est écrit que la sagesse du cultivateur sachant planter et battre ses semences (nigelle, cumin, blé, orge et millet) selon l’exigence de l’espèce, est à l’image de la sagesse de Dieu dans la conduite de son peuple.

Les Romains l’ont découverte lors de leur expansion en Orient et l’ont importé en Europe. Elle y fut utilisée de l’antiquité jusqu’au XVIIIème siècle, puis peu à peu, fut délaissée.

Dans le monde arabo-musulman, la nigelle était bien connue des Arabes notamment à partir du VI et VIIème siècle. Le prophète Mohammad lui-même en connaissait les vertus médicinales, qu’il apprécia jusqu’à la recommander à sa communauté, et depuis, elle a une place particulièrement importante dans la médecine traditionnelle arabo-musulmane.

De ce fait, les médecins arabo-musulmans se sont intéressés à elle, comme le célèbre médecin Ibn Sina, plus connu sous le nom d’Avicenne (980-1037).

La nigelle a souvent été saluée par les pères de la médecine moderne :

Hippocrate (460-377 av. J.-C.), surnommé le père de la médecine, l’utilisait principalement contre les affections hépatiques et digestives, il en fait d’ailleurs part dans son célèbre « Corpus Hippocratum ».

Dioscoride, (40-90), qui fut une des principales références en botanique médicale pendant près de quinze siècles, lui, a utilisé cette plante pour traiter une variété de maux comme les maux de tête, les affections des yeux, les maux de dents et les morsures d’araignées.

Gallien (130-201), la plus grande figure de la médecine antique après Hippocrate, conseillait en plus des applications déjà connues de brûler les graines pour tuer les moucherons et les moustiques.

– Dans « Le canon de la médecine» d’Avicenne (980-1037), il est dit que «le cumin noir (autre nom de la nigelle) stimule l’énergie du corps et aide à récupérer de la fatigue ou du découragement.».

Dans son autre ouvrage « le Livre de la guérison de l’âme » [Kitab Al-Chifâ], il conseillait de griller les graines et de les réduire en poudre. Cette préparation était mise dans une bourse en tissu qu’on faisait inhaler quotidiennement pour désobstruer les voies nasales, selon le même principe qu’un vaporisateur.

Avicenne préconisait aussi la Nigelle dans la dyspnée et dans le traitement de l’asthme et les bronchites. Cette même préparation, prise avec de l’eau bouillie, possède des actions diurétiques et dissolvantes des calculs rénaux.

Utilisation traditionnelle chez les musulmans :

La nigelle a une place particulière et très importante chez les musulmans.

On crédite à l’excellence des Arabes en médecine l’élargissement du champ d’application de cette plante en thérapeutique. Les médecins musulmans et arabes se sont plus préoccupés de la graine de Nigelle après l’avoir découverte dans la tradition prophétique.

Il est rapportée dans plusieurs hadîth  (communication orale du prophète) et dans le livre «La médecine prophétique» de Ibn Qayyim al-Jawziyya (1292-1350), que le prophète Mohammad enjoignait sa communauté à l’utiliser en ces termes : «Utilisez la graine noire car elle guérit tous les maux, excepté la mort» (recueil de hadith d’Al-Boukhari).

Depuis des siècles, les rites religieux et la médecine sont indissociables, et cette parole n’a fait qu’élargir au fil du temps ses propriétés médicinales et ses usages.

Fort d’une telle recommandation, on comprend qu’elle soit considérée par les musulmans comme une des formes suprêmes des remèdes disponibles.

D’ailleurs ses nombreux usages ont valu à la nigelle le titre arabe de «habbat al barraka» signifiant « la graine bénie ».

En effet, depuis des siècles, cette plante est utilisée avec succès du Proche-Orient à l’Extrême-Orient pour traiter les maladies comme : l’asthme bronchique, la bronchite, les rhumatismes et douleurs inflammatoires associées, mais aussi pour augmenter la production de lait chez la femme allaitante, pour traiter les désordres digestifs, pour stimuler le système immunitaire et lutter contre les infestations parasitaires…

D’autre part, le mélange d’huile de nigelle et d’huile d’olive était très réputé comme aphrodisiaque.

On lui reconnaît aussi des propriétés emménagogues, galactagogues, abortives, vermifuges, et ténicides.

Les graines de nigelle en poudre utilisées en cataplasme avec du vinaigre auraient une action résolutive dans les pustules, et la gale sur-infectée, et les verrues, si on lui ajoute du miel.

Enfin, les médecins arabes connaissaient bien la toxicité de la nigelle à forte dose. De ce fait, ils recommandaient de ne pas dépasser une dose unitaire d’un demi-Dirham (1,62 g) et une dose journalière de deux Dirhams (6,48 g).

Les autres usages traditionnels dans le monde :

L’Ayurveda, médecine traditionnelle indienne, intègre la nigelle dans son panel de plantes curatives et lui donne le nom de kalonji.

La saveur de la graine de nigelle y est décrite comme étant âcre, amère, chaude et aromatique. Elle rentre dans le traitement des tempéraments ”vata” et ses actions seraient : carminative, digestive, appétante, stimulante, déodorante, diurétique, sudorifique, fébrifuge, anti diarrhéique, anthelminthique, expectorante et galactagogue.

En médecine Unani, la graine de Nigelle est considérée comme abortive et diurétique, elle est utilisée pour les ascites, la toux, la douleur oculaire, l’ictère, la paralysie, les hémorroïdes et la fièvre tierce.

La médecine unani est plusieurs fois millénaire, les Sumériens de Mésopotamie et les Anciens Égyptiens transmettaient ce savoir médical de génération en génération aux prêtres et aux seuls initiés.

Hippocrate et Pythagore en jetèrent les bases et en consignèrent les principes. Au VIIème siècle, les savants arabes et persans comme El Razi et Ibn Sina (Avicenne) l’améliorent et la développent et la baptisèrent médecine unani (de ionique qui veut dire grec en arabe).

Les graines de Nigelle sont aussi utilisées en médecine chinoise surtout comme antibiotique naturel.

Différentes utilisations actuelles :

1 – Propriétés thérapeutiques :

Sous formes thérapeutiques, la nigelle est utilisée sous différentes formes, les plus utilisées sont :

– en graines, afin d’être ingérée.

– en huile, par voie interne ou externe (en application sur les affections cutanées comme l’eczéma, les furoncles et l’acné par exemple). C’est le mode d’utilisation le plus développé.

– en poudre (graines broyées), afin d’être ingérée (mélangées ou non à d’autres ingrédients) ou d’être inhalée contre les affections respiratoires.

– en gélule, afin d’être ingérée également. Cette méthode est relativement récente et convient particulièrement à ceux qui ont du mal avec le goût assez fort et prononcé de la nigelle.

C’est au milieu des années quatre-vingts que la médecine moderne s’est intéressée de plus près aux vertus de la nigelle, et le principal auteur de la première étude poussée est le docteur Ahmed Al-Qâdî, un médecin égyptien musulman résidant aux Etats-Unis d’Amérique. 

Le docteur Al-Qâdî s’était dit : “puisque le prophète a dit que cette “graine noire” était un remède contre toutes les maladies, c’est qu’elle doit certainement agir sur le système immunitaire qui a pour rôle de défendre l’organisme contre les maladies.”

Et en effet, après certaines expériences sur des sujets accusant une insuffisance immunitaire, le docteur Al-Qâdî réussit à montrer que la prise de nigelle par voie orale à raison d’un gramme le matin et un gramme le soir avait la propriété d’accroître les anticorps et de renforcer considérablement le système immunitaire. 

Ce docteur en a donc déduit le rôle primordial que pourrait avoir cette graine dans le traitement du cancer, du SIDA, ainsi que toute autre maladie qui a pour cause une défaillance dans le système immunitaire. 

Les résultats de ces expériences furent homologués par l’Institut américain des sciences biologiques expérimentales et il fut primé pour ses recherches.

D’autres travaux et recherches de ces dernières décennies ont mis en évidence plusieurs effets de grande importance pour la médecine moderne. Voici les plus importants :

– activité anti-oxydante,

– effets anti-inflammatoires,

– effets sur le système immunitaire,

– activités anti-infectieuse,

– effets sur le système respiratoire,

– effets sur le système gastro-intestinal.

Les études récentes soulignent également les propriétés curatives prometteuses de la nigelle comme l’activité anti-hypertensive, hypoglycémiante et surtout anti-tumorale. Les chercheurs ont constaté que l’huile de nigelle pouvait augmenter le taux de croissance des cellules de la moelle osseuse et inhiber la croissance tumorale de 50%.

De même, plusieurs études ont pu démontrer que la nigelle stimulait les cellules du système immunitaire et ont confirmé ses vertus antibactériennes et antimycosiques ainsi que son efficacité pour faire baisser le taux de sucre dans le sang.

En Occident, l’engouement pour la nigelle n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Comme dit précédemment, des études très prometteuses ont porté sur des maladies graves tels que les maladies cardiovasculaires, le diabète ou encore différents types de cancer, cependant, malgré les résultats plus que positifs, la plupart se sont (étrangement) arrêtées au stade du laboratoire ou de test sur les animaux et n’ont pas été testés massivement chez l’être humain.

2 – Usage culinaire :

La graine de nigelle est la seule partie comestible de la plante.

L’arôme marqué de ces graines tient du citron, du poivre et du sassafras.

Ses usages culinaires s’étendent du Maghreb jusqu’en Inde voire au-delà.

Les graines sont utilisées soit à l’état pur : saupoudrées sur un plat ou pour accompagner un autre aliment sucré et bénéfique, tel que des raisins secs ou du miel ; soit grillées et broyées au moulin à café.

De par ses teneurs en vitamines B, minéraux, lipides et par la qualité de ses protéines, la graine de nigelle constitue une excellente source complémentaire de nutriments essentiels.

Son incorporation dans les aliments pour améliorer leur valeur nutritionnelle est tout à fait intéressante.

Les graines peuvent être mélangées avec d’autres herbes aromatiques ou substituer le poivre.

Dans certaines régions de l’Inde et au Bangladesh, les graines de Nigelle rentrent dans la composition d’un mélange d’épices très populaire pour parfumer les plats de

viandes. On le nomme le « panch phoron » (cinq épices) ; il associe graines de : nigelle, cumin, fenugrec, moutarde noire et fenouil, en quantités égales.

Au Maghreb c’est dans la composition du « ras el hanout », une épice traditionnelle de 24 à 27 ingrédients, qu’on la retrouve.

Les graines de nigelle sont présentes dans de nombreuses recettes de cuisine orientale et indienne. Elles peuvent entrer dans la préparation du pain, le naan (pain de régions d’Asie centrale et du sud), des pâtisseries, des plats sucrés, des fromages, des sauces et des soupes pour les rendre plus appétissants.

Elles sont aussi utilisées dans l’assaisonnement des salades et la préparation des vinaigrettes.

La poudre des graines est également utilisée pour rehausser le goût d’un yaourt, d’une salade de fruit ou d’une boisson chaude comme le café ou encore le thé.

Dans la cuisine méditerranéenne, l’huile de nigelle peut être mélangée avec de l’huile d’olive pour la cuisson des viandes et des poissons.

Que ce soit en cuisine ou de manière thérapeutique, la nigelle a toujours été réputée et utilisée. Malgré cela, elle est bien loin de nous avoir livré tous ses secrets.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *